Dear Diary

J’aurais dû faire coiffeur seconde langue

via weheartit

Pas plus tard qu’avant hier m’est venue l’envie soudaine que j’en avais marre de mes cheveux.
Va savoir …
Un besoin de changement.
Et puis ils étaient sales ça a sans doute joué.
Donc j’ai fait un soin. Mais rien n’y à fait. Toujours cette envie de tailler dans la masse.

Ça me prend, de temps en temps.
Un soir, de préférence, après la fermeture de tous les salons de coiffure à la ronde.
La seule issue : mes ciseaux et mon sens inné de la symétrie.
En général je fais simple, je coupe un peu les mèches devant, je raccourcis un chouilla derrière et ça le fait.

Ou pas.
La dernière fois j’ai dû aller chez le coiffeur le lendemain et me foutre la honte avec mon oeuvre capillaire post moderne.

D’où, avant hier, un élan de soyons raisonnable assorti d’un le coiffeur c’est son métier, m’ont poussé à attendre.
Pour une fois que j’étais raisonnable, bien mal m’en a pris.

Non seulement la coiffeuse était débutante, je sentais ses mains trembler à mesure qu’elle coupait. 

Mais surtout,  la coiffeuse et moi on devait pas parler la même langue …
La preuve, j’ai dit « on fait un petit dégradé pas trop court ».  Et elle a entendu « si on tentait un petit carré bien court ».
Encore ça ressemblerait à la coupe de Sybile dans PBLV, je dis pas, mais non. D’un autre côté je suis pas jeune et gentille option presque rebelle qui va en skins. Ca doit jouer, aussi.
La seule skin à mon palmarès, c’est la skin party Dermalogica dont je vous parlerai la semaine prochaine et la seule drogue qu’on y trouvait était des dragibus …

Donc me voilà avec une coupe qui me rappelle mon visage d’ado, posé sur mon corps d’adulte, dans ma vie d’adulte. Y a comme qui dirait un truc cloche.
La partie de moi qui a le coeur brisé, bien sûr, s’en fout complètement. A moins de me raser la tête, ce moi là joue l’indifférence.
Mais la partie de moi qui essayent de s’en sortir … pfiou, celle là sait que ça va être dur.

Donc là je me concentre sur ma viennoise au chocolat blanc. C’est bon, ça réconforte.
Après on verra.

One step at a time …

Et vous, votre coiffeur vous comprend ou bien vous avez aussi vécu des désastres capillaires ?

Publicités

22 réflexions au sujet de « J’aurais dû faire coiffeur seconde langue »

  1. Ma dernière coupe (du très long au très court) m’a semblé un désastre le lendemain… et finalement j’ai aimé le surlendemain.
    Là j’attends qu’ils repoussent, mais j’ai des envies de changements quand même… alors je vais faire une petite couleur et après on verra !

    J'aime

  2. Puisque tu demandes, mon « coiffeur » m’a quitté depuis six mois. Depuis, je fais comme tout le monde et me rend dans un salon de coiffure. Mais pour moi (un mec), ça n’est pas bien compliqué. Difficile de rater la coupe… J’ai cette chance-là !

    J'aime

    1. J’avais trouvé un super coiffeur… Deux mois avant de redéménager ! Il m’a fallu trois ans pour en retrouver un qui comprend et coupe précisément comme je veux (même quand je lui demande d’innover un peu, ça me plait toujours !). Celui-là, je ne le lâcherai pas de sitôt 🙂

      J'aime

  3. pr l’instant, elle me comprend bien… mais malgré toute sa compréhension et son talent elle n’a pas réussi le petit miracle que j’en attendais qd j’ai voulu raccourcir un peu ma longueur… ms c’est pas grave, je crois que les cheveux plus courts c’est pas pr moi ^^

    J'aime

  4. Ah la la les cheveux…
    A mes débuts parisiens, je retournais me faire couper les cheveux chez mes parents!
    Finalement j’ai trouvé une très gentille coiffeuse au bout de ma rue, qui m’écoute.
    Ce qui ne m’empêche malheureusement pas de continuer à me couper la frange toute seule deux fois par an (généralement à cause d’une pulsion devenue incontrôlable suite à un apéro un peu trop arrosé ;)). A chaque fois, je me dis « plus jamais ça », et je ne peux m’empêcher de recommencer…
    Précision: ma dernière folie frangesque date d’il y a trois semaines seulement… hum… c’est grave, docteur?

    J'aime

  5. Deux évènements douloureux dans ma vie m’ont conduite à courir chez le coiffeur et à couper court mes cheveux. A chaque fois, je me disais « mais qu’est ce que j’ai fait…. ». Mais bizarrement ça fait du bien. Heureusement ça repousse…. je suis sûre que ça te va bien quand même. Bonne journée

    J'aime

  6. Ma coiffeuse, je l’adore… Au debut c’etait pas facile, faut qu’elle apprenne a te connaitre mais maintenant? Je lui ai interdit de changer de salon… Elle a un perimeter de 15 kilometres a respecter! Je l’adore…Elle me fais tjs de jolies coupes si bien que ma belle-maman attend meme de venir en visite pour lui confier aussi ses cheveux

    J'aime

  7. je coupe moi-meme quand ça me prend… avec plus ou moins de certitude quant à la réussite! là depuis quelques mois je laisse repousser en vue d’aller voir un Vrai Coiffeur (après 5 ans de coupes sauvages il faut non?) mais j’avoue que l’idée de payer pour ne pas etre écoutée m’est odieuse! (fianlement, je suis beaucoup plus indulgente avec moi-meme!) 😉

    J'aime

  8. J’ai longtemps fui les coiffeurs avec des coupes sauvages plus ou moins réussies quand j’avais les cheveux courts.
    Les coiffeurs détestent mes cheveux fins et me ratent systématiquement.
    C’est l’angoisse pour moi à chaque fois, et là je dois y aller… Et là, justement je dois y aller (où, je ne sais pas…)

    J'aime

  9. ah oui moi aussi j’en ai connu des coiffeurs incompétent le pire c’était cet été ou la coiffeuse j’avais l’impression de la déranger! elle était brusque elle tirait trop la trouche! j’ai tenté de lui expliquer ce que je voulais mais bon aucune réponse aucun conseil!
    heuresement c’était juste pour re dégradé mais elle a quand meme reussi a me louper la meche devant le front! du coup j’y voyais rien pendant un mois!
    du coup maintenant j’ai peur!peur du coiffeur! la phobie de beaucoup de filles je crois!

    J'aime

  10. Coucou ^^

    même combat capillaire de mon côté :-/

    Je n’arrive que très rarement à être contente de ma coupe lorsque je sors de chez le coiffeur…

    Samedi, je suis passée des cheveux aux épaules à un carré, dégradé… alors que j’avais dit « pas trop court hein »…

    Bref, le matin, j’ai les cheveux du dessus qui font leur vie indépendamment de moi et qui forment de petits palmiers…

    Vivement que ça repousse quoi :-/

    J'aime

    1. mes cheveux du dessus aussi prennent leur autonomie s’ils sont trop courts et je déteste ça.
      là ils ne le sont pas mais c’est parce qu’elle n’a pas fait de dégradé, donc je ne sais pas ce qui est le mieux, au final …

      J'aime

  11. il y deux ans j’ai demandé « coupez aux épaules » il a coupé sous les oreilles… j’avais les cheveux au milieu du dos juste avant, ça a fait 25 cm en moins, le choc ! (j’en ai déjà longuement parlé) mes cheveux n’ont jamais pu repousser jusque là, j’ai dû les recouper car ils s’abimaient… maintenant j’ai les cheveux longueur sous le menton…snif…

    J'aime

    1. ah oui on n’a donc pas non plus la meme notion d’anatomie que nos coiffeurs … pareil pour moi je les avais longs au collège, je les ai coupé et je n’ai jamais pu les faire dépasser mes épaules depuis, ça m’agace …

      J'aime

    1. j’ai même pas pensé à raler, j’étais en mode « peu importe on s’en fout » au moment de sortir, c’est en rentrant chez moi que j’ai réalisé les dégats … je sais que je vais hésiter à y retourner une prochaine fois, ça c’est sûr !

      J'aime

  12. Oh que oui, il y en a eu des catastrophe, j’ai même mis des rajouts pour éviter de tomber en dépression 😉
    Mais maintenant tout va bien. Ils sont longs et je fait couper les pointes de temps en temps. J’ai plus des envies de changement de couleur en ce qui me concerne. C’est pour cette raison que lundi dernier je suis passée du blond au châtain 😉

    J'aime

  13. J’en ai piqué des crises en sortant de chez le coiffeur ! Pourtant je suis un homme donc ça devrait être moins compliqué mais en fait, pas du tout ! La nuque rasée alors que je demande une coupe longue, les cheveux ultra courts sur les côtés, des trous ! Depuis 6 mois ma vie à changé. J’ai une coiffeuse adorable et nous parlons, enfin, la même langue !

    J'aime

  14. Rah lala, je me les suis à nouveau coupés toute seule il y a de cela une semaine. Et je suis plutôt contente de moi puisque cette fois-ci je n’ai pas raté ma frange. Ya du progrès en vue donc.
    J’avais un super coiffeur quand j’habitais à Perpignan. C’était la belle vie. Depuis, mes cheveux subissent entre mes carnages capillaires ou ceux des coiffeurs grenoblois. Chacun son tour, en quelque sorte et jamais contente.
    Tu vois, tu n’es pas seule !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s