Dear Diary

Guide de survie en milieu hostile : la grève

La gare Saint Lazare au temps de Monet

Il y a des moments dans la vie où l’on peut se prendre pour une aventurière des temps modernes. Le passage à la télévision numérique, l’épilation du maillot, le retour des escarpins à bouts pointus … mais rien qui ne surpasse …

… les transports en commun en temps de grève.

Partir plus tôt pour être sure d’avoir un bus. Pour aller à la gare. Où l’on espère avoir un train. Qui devrait nous transporter jusqu’à autre gare. Où l’on va prendre un autre bus.
Pardon, essayer de prendre.
De se glisser entre les 300 voyageurs qui s’entassent déjà entre les sièges. Accrochés à la seule barre de la rame. Oui parce que le pauv’ boulet qui essaye de s’appuyer sur la barre en temps de grève risque de se faire dépecer par la meute des voyageurs sus-cités.
Arriver au bureau, enfin, mais en retard. Et avoir à raconter son trajet à chaque collègue qui arrive et qui lui aussi partagera avec vous ses péripéties ferroviaires.
Le rêve …
Croire qu’on aura moins de clients, donc potentiellement moins de clients pénibles, parce qu’il faut bien que quelqu’un garde leurs mômes, vu que ces feignasses de profs sont toujours en grève. Ironie inside.

En tant que fervente utilisatrice des transports en communs j’ai acquis une certaine expérience au fil des ans. La grève de 95, j’y étais. Le métro totalement fermé, les trains de banlieue remplacés par des bus, j’ai pratiqué. La traversée de Paris à pieds sous la neige, j’ai donné.
Alors quand j’entends mes voisins de galère râler que c’est inadmissible, quelle honte de prendre en otage les honnêtes travailleurs, je me dis qu’heureusement pour eux ils ne vivaient pas au temps de calèches. Pis y avait pas d’iphone à l’époque, comment qu’ils auraient su s’il fallait ou pas rapporter du pain, je vous l’demande.

Bref, tout ça pour dire (oui je fais long aujourd’hui, je m’entraine pour le Nano), tout ça pour dire que si vous prenez les transports demain, déjà, bon courage et ensuite, voilà les choses à savoir.

– laisse tomber ton régime, le matin c’est viennoiserie, parce que c’est pas avec une biscotte sans beurre et une pomme que tu vas tenir le trajet

– prend une petite bouteille d’eau, pas une grande parce que l’eau c’est lourd et je te rappelle que tu pourras pas poser ton sac encore moins t’asseoir dans le train, rapport au fait train + grève = entassés façon sardines au citron

– enlève une épaisseur avant de monter dans le train/bus/RER (non pardon demain des RER y en a pas, sorry) parce que hiver + train = chauffage x boite de sardines = je transpire, tu transpires, nous puons tous comme des cons. Alors ton manteau/pull/trench, t’en aura pas besoin, promis.

– c’est pas parce que ta ligne de transport n’est pas perturbée que tu dois arriver à l’heure. Déjà ça fait faillot. Ensuite ce serait bête de ne pas en profiter pour gagner une petite demi-heure de sommeil, non ? Donc tu décales ton réveil et tu fais bien attention à pester en arrivant contre ses privilégiés de cheminots qui sont payés même quand ils font grève. Ironie toujours inside.

– ah oui, n’oublie pas qu’il y a toujours de la place dans les allées. Ceux qui te disent le contraire sont des menteurs et veulent juste pas que tu les colles (voir paragraphe ci dessus, ‘transpiration »). Sauf quand y en a plus, ceci dit. Faut qu’on puisse respirer, quand même.

Si vous ne prenez pas les transports en commun, vous n’avez sans doute aucune conscience de ce dont je parle. Good for you.

Sinon on se croisera peut être demain, dans une gare Saint Lazare qui n’a plus rien de celle que peignait Monet.

Et vous, vous l’abordez comment, cette grève ?

Et à lire ICI le billet inspiré et drôle de Clémentine qui se prépare à la pénurie.

Publicités

9 réflexions au sujet de « Guide de survie en milieu hostile : la grève »

  1. La province, proche de pays frontaliers, ça a du bon parfois.
    Chez nous, les maitresses ont décidé de ne pas faire grève aujourd’hui, parce que ça ne les arrangeait pas. Elles feront ça plutôt jeudi (pourquoi pas, après tout ?)

    J'aime

  2. Je découvre ton blog et c’est une découverte bien sympa ! Ah les grèves ! Tu as résumé exactement mes pensées.
    Ton conseil le plus précieux et celui que je donne à tous, prévoir d’enlever un vêtement car ça devient vite surchauffé dans les transports et bonjour les odeurs !
    Et aussi bien manger avant de partir pour avoir de l’énergie car marche à pied assurée !

    J'aime

  3. Moi je dis merci aux grévistes : je trouve que les billets sur le sujets sont très inspirés et me font hurler de rire !!!! Là où je ne vais plus rire du tout, ou très jaune, c’est dimanche lorsque la pénurie de carburant me coincera chez moi alors que j’avais une vente de prévue …je repenserai alors à ce billet d’humour et je ferai contre mauvaise fortune gros éclat de rire (ben oui parce que si je ne vends rien, je la finance comment ma retraite, moi ? mhum ?!)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s