Dear Diary

La fille qui ne croyait plus au Père Noël

(via we heart it)

J’ai quatre ans. Mon papi le Père Noël m’offre un chien en peluche. Il s’appellera Chien Gris. Le sapin de Noël est un arbre magique au milieu du salon de la maison de mes grands parents. Tout est illuminé. Les paquets cadeaux, les bons petits plats, le jardin, aller voir les ânes de la voisine, le matin de Noël, aller chercher le lait à la ferme. La petite chambre au fond de la cuisine est un refuge de douceur et de câlins. Je ne me souviens plus du papier peint, mais je me souviens du plaisir d’être là bas. 

J’ai seize ans. Le Père Noël ma famille n’a aucune idée de ce qu’aime l’adolescente que je suis et m’offre des enveloppes pleines de sous. Je ne sais pas moi même ce que je veux. En finir avec cette réunion de famille qui s’éternise. Tous ces plats, toutes ces discussions, imposés. L’appartement est petit, nous sommes serrés autour de la table. Je pense à ce que je vais mettre pour le Nouvel An avec les copains. Si je pouvais déjà y être …

J’ai vingt trois ans. Je passe des jours à chercher les cadeaux pour ma famille en suivant les idées notées tout au long de l’année. Mon père m’offre un appareil photo. Ou un ordinateur. Ou un ipod. Ca change tous les ans, en fonction de la mode. Il aime bien ça, m’offrir un truc technologique à la mode.
Ou un sac à main. Il aimerait que je sois aussi jolie et élégante que ses sacs. Il a de moi l’image de la demoiselle que je pourrais être si je m’en donnais la peine.
La maison est froide. Les chambres sont au sous sol, je déteste ça. Mais je suis bien, là, entourée.

J’ai trente deux ans. Chien gris est toujours là, au pied du miroir dans ma chambre. Mon papi lui est parti il y a bien longtemps. Mon papa, il y a bien moins longtemps. J’ai de minuscules cadeaux pour ma famille, trouvés au prix d’un effort surhumain. J’ai une liste tout aussi minuscule de ce que je souhaite recevoir. Et cette chambre qui m’attend au sous sol me fait maintenant l’effet du purgatoire. J’achète des billets de train pour aller passer Noël en famille. Ma minuscule famille.

Je tiens debout mais mon coeur est en miettes. 
Mon grand coeur en minuscules morceaux.

J’ai un joli sac et un netbook achetés grâce à l’argent laissé par papa. Je me fais les cadeaux qu’il ne me fera plus. Jamais. Je les tiens dans mes mains et je suis satisfaite, pour un moment. Puis les miettes de mon coeur remuent, tranchantes, à l’intérieur. Et les larmes, tombant dessus, ravivent un peu plus la déchirure.

J’ai un joli sac mais je ne suis pas cette demoiselle que tu voudrais, papa. Je suis juste un brouillon de fille. Une fille qui ne croit plus au Père Noël.

Publicités

11 réflexions au sujet de « La fille qui ne croyait plus au Père Noël »

  1. J’ai été beaucoup émue à la lecture de ton billet, terriblement bien rédigé, et pourtant je sens que ça t’a coûté de le faire.
    C’est ça qui est nul avec les fêtes.. plus le temps passe et moins c’est féérique. La joie fait place à la nostalgie et la mélancolie. Mais il faut quand même faire semblant, profiter de ceux qui restent et essayer (chose qui m’est très difficile) de se tourner vers l’avenir.

    J'aime

  2. Je suis fort émue à la lecture de ton texte.. j’en ai même les larmes aux yeux.. et pourtant on ne se connait pas.. je ne peux pas imaginer ta peine, je ne peux que t’encourager à profiter malgré tout de la famille qu’il te reste.. tu ne parles pas de ta maman.. j’espère que tu as la chance de l’avoir à tes côtés.. ta famille sera malgré tout heureuse de te voir, la famille c’est un cocon.. et ton père ne pourrait qu’être fier de toi malgré ce que tu penses.. tu es courageuse et il voit tout l’amour que tu lui portes.. gros bisous

    J'aime

  3. d’habitude,anonyme lecteur.aujourd’hui j’ai envie de laisser quelques mots,parce que j’aime beaucoup cet endroit.jolies fêtes mamzelle.

    J'aime

  4. Ton billet m’a beaucoup émue…je n’ai pas grand chose d’autre à ajouter…si ce n’est que je te souhaite du courage, et t’envoie un peu de baume au cœur virtuel…

    J'aime

  5. Eh bien, on reste bouche-bée. C’est un billet très émouvant qui reflète le temps qui passe. Et comme il est dit au-dessus, il faut essayer de garder cette magie pour les descendances.
    En tout cas merci.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s