Dear Diary

Et la lumière fut (ou pas)(plutôt pas, en fait)

(via we heart it)

Lundi, 21h16, mon appartement devient soudain aussi sombre que les profondeurs d’une mine de charbon. Enfin, j’imagine, parce que à part dans Germinal, le film, j’en ai jamais vues, en vrai, des mines de charbon.

Plus d’électricité donc.

Je n’ai pas peur, je ne panique pas, c’est peut être tout le quartier. En regardant par la fenêtre je vois que  non. Merde. Mais je ne panique toujours pas, sans doute un fusible qui a sauté.

Sauf que non. Le compteur n’a pas disjoncté, les fusibles vont bien, merci pour eux.

Hum.

A ce moment précis, je donnerais n’importe quoi pour ne pas vivre seule. J’échangerais mon indépendance contre un homme rassurant. Je ramasserais mes chaussettes qui traînent contre un homme même pas vraiment bricoleur. Je partagerais mon espace vital pour pouvoir partager aussi les moments d’incertitude.

Et surtout je veux des bras pour me réchauffer quand le thermomètre descend.

Suis je faible de raisonner ainsi ? Ou bien est le manque de chauffage qui attaque progressivement mon féminisme ?

En me levant ce matin j’ai constaté que le courant était revenu. Tout seul. Sans intervention humaine. Est ce un message de l’univers pour me dire que je peux survivre sans électricité et sans homme ?

Je ne sais pas. Et en fait je l’emmerde, l’univers. Moi je veux du chauffage ET un homme.

Est-ce trop demander ?

Publicités

7 réflexions au sujet de « Et la lumière fut (ou pas)(plutôt pas, en fait) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s