Dear Diary

Ma vie avec Georges

– et maintenant je peux arrêter ?

– t’as fini ?

– non

– alors pourquoi tu demandes ?

– il est tard

– ça dépend du fuseau horaire, bichette

– mais, Georges …

Georges relève la tête et ses yeux me lancent un regard noir. Qui serait plus crédible s’il n’avait pas les joues gonflées par l’énorme morceau de guimauve qu’il essaye de boulotter en douce pendant que je bosse.
Mais bon, c’est Georges, alors même pris en flag, il me terrifie. Reprenons.

Un jour, j’écrirais le mot fin au bas de ce roman. Un jour, je finirai ce putain de manuscrit.
Un jour, Georges sera enfin content de moi.

Mais pas aujourd’hui.
Aujourd’hui, Georges est juste un ange gardien qui compense par les calories le manque d’assiduité de sa protégée.

Pauvre Georges …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s