Dear Diary

☹ y a des matins comme ça ☹

Certains matins, les oiseaux chantent, le ciel est bleu, le soleil se dessine sur les toits des immeubles d’en face. Vous émergez d’un rêve doux et en posant le pied par terre, vous décidez que la journée sera bonne.

Ce matin n’est pas un de ces matins.

Ce matin fait suite à une mauvaise nuit, froide et solitaire, qui elle faisait suite à une soirée spécial coupure de courant dans tout le quartier.

Plus de lumière. Plus de chauffage. La télé qui se coupe avant le conseil de Koh Lanta. Le répondeur EDF qui annonce sobrement un retour du courant [prononcez avec une voix métallique et implacable] à 3h le 19 novembre. L’ordinateur qui réduit de lui  même sa luminosité écran tellement il n’a pas de batterie. Et internet qui disparaît.

Et là, je me rends compte qu’en fait, sans internet je ne suis rien. Mes amis, mes soirées, tout est virtuel.

Ma vraie vie n’existe pas.

BAM dans ma gueule.

Et puis me coucher à 23h ça ne m’était pas arrivé depuis … ne comptons pas, si vous voulez bien. Alors, le sommeil, pas très habitué à cet horaire, ne vient pas. Les mauvais rêves eux, bizarrement, n’ont pas besoin d’attendre que je dorme pour me rendre visite.

Soirée ratée, nuit pourrie, y a pas de raison que la journée soit mieux.

Certains matins, les oiseaux chantent, le ciel est bleu et le soleil illumine déjà les toits des immeubles d’en face. Et tout ce que vous voudriez, c’est que ces putains de piafs ferment leur gueule et que le ciel et le soleil arrêtent de vous narguer avec leur bonheur à la con.

Ce matin est définitivement un de ces matins.

Publicités