Ecriture

Le thé aux larmes (extrait NaNo 2011)

Elle bloque. Elle a déjà remis à plus tard tellement de fois, elle sait que si elle ne le fait pas maintenant elle ne le fera jamais et cette perspective est une source supplémentaire de stress.

Devant elle, un bloc de papier à lettres, acheté pour l’occasion, et son stylo préféré, mais rien n’y fait, les mots restent coincés, en vrac dans sa tête et quelle que soit la façon dont elle commence sa phrase, elle la laisse en suspend en plein milieu, et la raye mentalement avant même de l’avoir posée sur le papier.

Elle va se faire un thé, peut être qu’avec un thé, l’inspiration viendra. L’eau chauffe lentement dans la bouilloire, Zoé est seule dans la cuisine, tout est calme, si calme. Peut être un peu trop, en fait. Tout d’un coup, le temps est si lent et le silence si pesant, après toutes ses journées sans un instant de répit, dans le bruit, la foule ou l’agitation. Elle devrait apprécier la quiétude du jour mais cette absence de bruit fait résonner le vide en elle et lui fait plus peur qu’autre chose. Norman est sorti, elle est seule, elle pourrait allumer la télé, pour faire un bruit de fond, mais elle a des lettres à écrire et elle sait qu’une fois la télé allumée, il n’y a plus aucune chance qu’elle arrive à se concentrer.

De toute façon, elle n’a pas envie de regarder la télé, pas plus qu’elle n’a envie de parler à qui que ce soit.

Elle n’a ni envie d’être seule, ni envie d’être entourée.

L’eau est chaude et Zoé la verse dans une tasse immense qu’elle a trouvée dans le placard. Une tasse trop grande pour ses mains mais la porcelaine se réchauffe vite et dès qu’elle pose les doigts dessus la chaleur déclenche une vague de sérénité en elle. Le thé a des effets magiques sur l’humeur, rien que de tenir cette tasse chaude et Zoé se détend. Elle ferme les yeux. Tout va bien. Ce n’est qu’une illusion, bien sûr, elle le sait, mais pendant trois secondes et demie, elle peut prétendre que tout va bien.

Zoé se réinstalle à table, face à son projet.

Il y a des jours où les choses que l’on aime et qui habituellement nous rendent heureux soudain se transforment en source de tristesse. Ecrire une lettre. Donner des nouvelles. En recevoir. Tout ce qui faisait le quotidien de Zoé devient une corvée emplie de chagrin.

Ses dernières lettres. Les dernières nouvelles qu’elle donnera. A jamais.

Zoé regarde le papier sur lequel elle doit faire ses adieux et pleure.
Le thé refroidit.

Quand Norman rentrera, Zoé n’aura pas écrit une ligne et ses yeux seront bouffis alors il comprendra. Et il saura quoi faire.

Quand le thé ne suffit plus, prenez la dans vos bras et serrez fort pour que l’univers autour disparaisse et qu’il n’y ait plus que elle et vous.

Mais pour l’instant Norman est dehors, il est loin et pour l’instant Zoé est seule et pleure dans son thé et la mort s’approche doucement.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Le thé aux larmes (extrait NaNo 2011) »

    1. J’ai adoré ce livre ♥
      Si le titre de l’article ne m’est venu qu’après avoir fini d’écrire ce passage, c’est bien une référence à cette histoire (ma préférée avec celle où Hulul essaye d’être en même temps en haut et en bas de l’escalier)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s