Dear Diary

{dear diary} samedi in the city

Ce matin j’ai cassé ma tasse Starbucks de Noël, celle avec l’anse en sucre d’orge rouge et blanc, ma préférée. Contre toute attente, je suis restée calme, limite blasée, alors que ce genre de situation a plutôt tendance à me donner envie de pleurer/crier/balancer un truc contre un mur (ce que je n’ai jamais fait)(mais l’envie était là).

Ensuite le voisin a monté le son de sa putain de stéréo. Encore une fois je suis restée calme. Parce qu’en une demi seconde, j’ai décidé de sortir au lieu de rester là à subir le bruit des autres et ma potentielle colère.

J’ai la chance d’habiter pas très loin de La Défense. Enfin, pas très loin, il me faut 30 à 40 minutes en bus + tram. Mais un trajet qui ne passe pas par Paris parait psychologiquement plus court, même s’il était techniquement plus long. Bref.

J’ai donc remplacé ma tasse chérie. Par une tasse moche marron, enfin elle est jolie avec du doré sur fond marron mais je déteste le marron. Mais elle est grande, donc ça ira.

Ensuite … j’aurais pu aller au ciné, mais le ciné le samedi après midi, que ce soit pour Les Misérables ou Chimpanzés, sans façon merci non vraiment. J’aime bien les salles vides, le silence et le respect. Tout ce qu’on ne trouve pas dans un cinéma un samedi après midi.

Donc, shopping. Mais shopping utile et qui procure presque plus de plaisir que du shopping futile. L’impression de ne pas gaspiller son argent, sans doute. Ou alors d’être raisonnable, responsable, genre presque adulte. Je suis donc allée à Décathlon et (puisque je suis SURE que vous mourrez d’envie d’avoir les détails) j’ai remplacé mes chaussures de tous les jours et trouvé des caleçons en promo pour le printemps.

Enfin mon paradis … Castorama. Il faudra un article exprès pour vous expliquer pourquoi je pourrais passer des heures de béatitude dans les rayons de bricolage. Pour aujourd’hui, sachez juste que mon bonheur tenait à une poubelle de salle de bain, blanche, plastique à 5,95€ (j’aurais kiffé avoir les moyens pour une métal à pédale, mais 32€ en ce moment c’est … non).

J’avais les bras déjà chargés donc je n’ai pas cédé à l’appel des meubles à tiroirs en plastique transparent. Mais ce n’est que partie remise. Maman reviendra vous chercher. Promis.

Voilà. C’était un article passionnant, j’avoue, j’espère ne pas avoir trop bouleversé votre soirée !

Publicités

3 réflexions au sujet de « {dear diary} samedi in the city »

  1. Ah, oui ce sentiment de dépenser utile… J’ai pas fait ça depuis longtemps, je crois. Sauf si avancer le sapin de Noël familial compte.
    Et puis j’imagine qu’à la fin de la journée, c’est cool aussi, mis à part le côté « dépenses raisonnables », de se dire qu’on a fait des petits pas vers le moment où on se sentira mieux chez soi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s