Culture, Voyage & Curiosités

{série tv} Doctor Who, season finale

Il m’aura fallu une semaine complète pour rédiger mon avis sur le dernier épisode de la saison 7 de Doctor Who. Une semaine et quatre visionnages. Ce qu’on ferait pas pour son blog, hein !

Alors attention …
L’article est long parce qu’il y a beaucoup à dire, j’ai essayé de rester la plus claire possible mais vous me connaissez, je pars souvent dans tous le sens.
Il y a des passages en anglais, notamment des dialogues parce qu’ils sont plus percutants en version originale, mais si vous ça vous bloque dites le moi, je vous ferai la traduction !
Certains mots sont couramment utilisés par les fans, notamment sur tumblr, j’ai mis à jour ma page « Parlez-vous fangirl ? » (dans l’article, ces mots sont suivis d’une astérisque) mais n’hésitez pas à signaler d’éventuels oublis.

SPOILERS pour toute la saison 7 de Doctor Who et mentions d’éléments des saisons 4 à 7.

dw spoilers

 

Il y avait un putain de potentiel dans cet épisode. Une scène d’ouverture en forme de retour aux origines avec une vue (sublime) sur Gallifrey et sur le début de l’aventure Doctor Who avec ce moment clé où le premier Doctor vole le TARDIS. C’était magique et drôle et l’intervention de Clara pouvait bouleverser tout ça, la scène d’intro nous laissait donc suspendus à ce what if.

J’ai adoré le retour de Madame Vastra, Jenny et Strax, je suis fan du trio fabuleux, l’idée que Starx participe à une sorte de fight club, c’était drôle. La conference call dans le sommeil, ça aussi, excellent idée, poétique et fantastique à la fois et River qui change le thé en champagne, totalement conforme à son personnage.

River, d’ailleurs, de quelle River s’agit il ? On sait que sa timeline est inversée par rapport à celle du Doctor, mais d’après ses vêtements et ce qu’elle apprend à Clara un peu plus tard, je dirais la River post-library, celle qui a été sauvegardée dans la bibliothèque (épisode 4×08*), ce qui voudrait dire que les invitations de Mme Vastra fonctionnent vachement bien ou alors que quelqu’un l’a sortie de la bibliothèque … mystère..

Entrée en scène du prisonnier qui semble connaître le secret  du Doctor et chante à propos des Whispermen, on imagine qu’il a été manipulé par eux pour attirer Vastra et par extension les amis du Doctor pour piéger celui-ci. Les Whispermen sont donc un nouveau monstre, manipulateur, inquiétants, ça me plait bien ça. Au début j’ai cru que le prisonnier était le docteur Siméon, la ressemblance physique était troublante mais en fait non.

Donc, le prisonnier délivre son énigme, encore un truc que j’ai adoré, les comptines en rimes, les énigmes à déchiffrer, ça sonnait bien, et ça allait avec ce qui commençait à sonner comme un thème dans toute la saison, le pouvoir des mots.

Souvenez vous, ça commence avec Dalek !Clara*, qui donne des surnoms au Doctor et à Rory et qui scelle ses adieux par un « Run you clever boy, and remember », phrase qui sera répétée comme le mot de passe internet de Clara la moderne, puis le Doctor quand il sera moitié Cyberman se nommera Mr Clever (le mot clever a aussi été employé dans Forest of the Dead, épisode écrit par Moffat et du coup je me disais qu’il y avait peut-être un lien)(en fait non)(dommage). Ensuite, passage obligé, la victorian !Clara pose LA question « Doctor who ? »(à ce moment là, je pensais que cette Clara serait le nouveau compagnon et ça m’enchantait)(mais en fait non)(encore dommage). Retour à modern!Clara, il y a mention d’un livre, écrit par Amélia Williams, notre Amy. Et puis le one word test de Madame Vastra. Et le discours de Clara à Athaken, tous ces mots chargés de sauver ce monde, et dans ce même épisode, la chanson à un rôle important,chanson faite de mots. Tout cela pour aboutir à un épisode où le nom du Doctor est une clé pour ouvrir sa tombe et possiblement détruire le monde.

Bref, le pouvoir des mots, les mots de pouvoir, je pensais que tout cela était un fil rouge, volontairement laissé, mais au final que dalle et c’est une petite déception parce que je trouvais ça vraiment beau. Et puis j’aime pas les trucs qui servent à rien et là du coup les mots répétés, rabâchés, le livre d’Amy, tout cela ressemble plutôt à des faiblesses d’écriture ou à du fanservice*. J’aime pas le fanservice. Je crois que donner au fan ce qu’on imagine qu’il veut est une erreur si le choix est fait au détriment d’une bonne intrigue qui se tient. Je préfère être surprise par une histoire plutôt que satisfaite de façon artificielle.

Et surtout, glisser des faux indices au cours d’une saison, c’est cool quand c’est bien fait, pas quand c’est placardé devant nos yeux comme ça.

Mais reprenons plutôt la chronologie … donc le trio est mis à mal. Jenny meurt et là je dis non, un grand NON, parce que. Juste non. On ne touche pas au trio. Elle meurt, elle est réanimée, elle re-meurt, elle réapparait … beaucoup d’émotions pour un seul personnage mais l’essentiel c’est qu’elle vive à la fin, hein !

destroy strax dw

A propos du trio, j’ai lu des rumeurs quant à un spin-off sur leurs aventures et là c’est un grand OUI, j’adorerais et je crois ne pas être la seule.

On repart avec la prophétie dont on nous parle depuis deux saisons, ce « Silence will fall if the question is asked » et que le Doctor ne doit JAMAIS aller à Trenzalore. On découvre enfin que Trenzalore est là où se trouve la tombe du Doctor et que c’est l’endroit le plus dangereux de l’univers. Mais sans vraiment comprendre pourquoi, je m’attendais à ce que Clara demande des détails mais non, Clara ne demande jamais d’explication, elle attend que ça se passe et se contente des « long story » que le Doctor lui répond à chaque mystère. Pour moi le compagnon permet de poser les questions que le spectateur se pose, il joue notre rôle dans l’histoire et là rien, du coup j’avais du mal à me sentir impliquée par cette menace.

Parfois, trop de mystère tue le mystère.

Par contre, la motivation du Doctor à y aller quand même, à sauver ses amis, avec un rappel aux dark times qu’il a traversé, ça c’était beau, c’est l’esprit même du Doctor. Ca et le goût pour le danger, parce qu’on ne peut pas nier qu’il y a un petit sourire sur le visage du Doctor quand il met le TARDIS en route pour Trenzalore.

Mais le TARDIS se rebelle, ce qui nous rappelle avec brio qu’elle est vivante et  qu’elle a un poids dans la décision de voyager, la destination.

The Great Intelligence se présente et on entre dans le pourquoi du comment de mais qui est le vilain de cette saison. La Great Intelligence est donc l’Information, un esprit sans corps, utilisant les Whispermen comme armée et comme vaisseau pour se matérialiser, motivée par la vengeance, ce qui est classique mais peut très bien fonctionner.

Les Whispermen, parlons-en, j’aime bien l’idée de monstres capables de manipuler en murmurant, mais on ne les a pas beaucoup vu en action, en fait. Au début, pour attirer les compagnons du Doctor dans le piège mais après … devant la tombe, ils utilisent leur bras pour attaquer et ensuite ? Ben rien. Un bon concept mal utilisé, je dirais.

On arrive au moment où les portes de la tombe s’ouvrent, ce moment où tout le monde s’est demandé pendant une fraction de seconde si le nom du Doctor était Please. Ne mentez pas je sais que je ne suis pas la seule ! (par contre, aucun des personnages ne semble perturbé, d’accord ils viennent d’échapper à la mort mais quand même, une petite phrase juste pour montrer qu’ils suivent ce qui se passent, ça aurait été bien).

L’intervention de River était futée, c’était plutôt un bon moyen pour que le nom du Doctor soit prononcé sans qu’il soit révélé au spectateur, venant d’un personnage dont on sait depuis sa première apparition qu’elle connait ce nom et dont la présence dans cette scène était légitime. Et puis on se dit que le mystère est passé, que le titre de l’épisode est justifié et on passe à la suite sans se douter qu’il y a plus que ça derrière ce titre, mais j’y reviendrais avec la fin de l’épisode.

On entre enfin et là, une autre des idées géniales de l’épisode, la tombe ne renferme pas le corps du Doctor mais ce flux lumineux des journées vécues, la trace laissée par le Doctor dans l’espace temps. (au premier visionnage le Doctor parle de « the tracks of my tears » j’ai traduit tears par larmes, mais ça serait plutôt déchirures d’après ce qu’il explique ensuite, je ne sais pas si c’était un jeu de mot volontaire ou un hasard).

Le TARDIS renferme donc la vie du Doctor de Gallifrey à Trenzalore, c’est d’ailleurs comme ça que l’épisode est construit, première image sur Gallifrey, dernière sur Trenzalore.

tumblr_mn2rioq4pL1s606w8o1_500

On a un aperçu audio de différents instants de cette vie, et j’avoue que j’ai apprécié entendre la voix d’Eccleston dire « you were absolutely fantastic » qui est LE mot clé de Nine*, sachant que l’acteur n’a à priori pas quitté la série en bons termes, le choix était d’autant plus délicieux. (Oui, Nine est mon Doctor préféré, que voulez-vous on n’oublie jamais son premier Doctor !).

Et là, ENFIN on comprend pourquoi le Doctor ne devrait pas être là. Parce que si c’était simplement un corps il n’y aurait peut-être pas ce si grand paradoxe, mais là il fait face à son futur, ce flux quasi vivant de souvenirs qu’ils n’a pas encore vécus et c’est un peu le top de ce qu’il ne faut pas faire, donc.

Alors j’ai dit plus haut que ne pas savoir pourquoi cette tombe était dangereuse me frustrait, j’imagine bien que c’est pour garder la surprise sur ce flux, mais je trouve toujours ça bancal. L’idée est belle mais je continue de penser que ça aurait pu être mieux utilisé.

On comprend aussi enfin le plan de la Great Intelligence et … alors oui, c’est un bon plan, c’est logique, cohérent et tout. Mais. Mais ça a déjà un peu été fait. Souvenez vous, en saison 4 dans l’excellent Turn Left, une diseuse de bonne aventure et un scarabée géant modifient le destin de Donna et nous montrent ce qu’il adviendrait du monde si le Doctor mourait. Alors là c’est à plus grande échelle puisque GI efface complètement le Doctor de tout le temps et l’espace, mais le principe reste le même et même si ça fonctionne très bien, l’idée sent un peu le réchauffé.

La Great Intelligence n’est pas un mauvais vilain mais quand il dit « vous m’avez contrecarré à chaque fois » comme si ce « chaque » faisait référence à de vraiment nombreuses défaites face au Doctor alors qu’on ne l’a vu que dans deux épisodes de la saison finalement, The Snowmen et The Bells of Saint John et que sauf erreur de ma part, il n’y a pas eu d’autre apparition depuis.

C’est le genre de détail qui pour moi a son importance, si le méchant est présenté au début de la saison, il devrait être présent ça et là, comme un fil rouge pour lier tous les épisodes et se révéler à son apogée dans le finale. On n’a pas besoin de voir ces indices au premier visionnage, mais on devrait pouvoir les comprendre à posteriori (comme les planètes qui disparaissent en saison 4, c’était je pense assez indécelable mais cohérent et subtil, donc brillant). C’est d’ailleurs mon principal reproche envers Moffat, de ne pas savoir construire un arc solide sur toute une saison alors que son idée de départ est bonne, voire très bonne.

Mais admettons et passons à Clara, dont on comprend enfin le rôle, née pour sauver le Doctor, comme elle le dit dès le début de l’épisode, elle se sacrifie pour sauver le Doctor de chaque attaque de la Great Intelligence, éparpillées dans le temps et l’espace.

tumblr_inline_mn6zrbM6W51qz4rgp

Et là, je suis partagée. Pour plusieurs raisons.

(au passage Clara remet ça avec son histoire de soufflé, ça devient lourd à force je trouve)

Que Clara se sacrifie pour le Doctor, d’accord, c’est grand, c’est triste, c’est beau, ça aurait été mieux si je m’étais attachée à elle, ça m’aurait fait pleurer comme pour Rose et Donna. Il m’est impossible de revoir leurs départs sans fondre en larmes ce qui est un très très bon signe quant à la qualité de l’écriture des épisodes et surtout des personnages, à l’importance qu’ils ont pris dans l’aventure Doctor Who et par extension, dans ma vie de fangirl.

Pour Clara, rien de tout ça. Et ça me frustre. Donc j’ai réfléchi pas mal au pourquoi et ce finale apporte une explication. On ne voit rien de Clara. Dans Rings of Akhaten on apprend des choses, mais ce n’est qu’un épisode et j’ai plus le sentiment que ça ne sert qu’à amener la scène où Clara sauve ce monde, scène tire larmes mais qui ne m’a fait ni chaud ni froid parce que justement, on ne connaissait pas Clara depuis assez longtemps pour être liés à elle émotionnellement.

Contrairement aux autres compagnons, Clara n’est pas ancrée dans une vie en dehors de son voyage avec le Doctor. Certes, on voit la famille chez qui elle vit, mais on ne prend pas le temps de les connaître et donc on peut difficilement s’y attacher et ça fait de Clara un élément interchangeable, une coquille vide.

Quelque part, c’est totalement cohérent avec le fait qu’elle soit née pour sauver le Doctor et rien d’autre. Mais la logique n’engendre pas l’émotion, pas pour moi en tout cas.

Et puis, c’est quand même assez atroce de penser qu’un personnage n’a d’autre fonction dans la vie que sauver le Doctor, que cette jeune femme est un outil, plutôt qu’un individu à part entière.

J’ai lu des commentaires très durs à propos de Clara, qui en sauvant le Doctor réécrirait toutes les aventures de la série, réduisant le rôle des anciens compagnons ou alliés du Doctor à de la figuration. Je ne suis pas d’accord (oui, oui même si je n’accroche pas à Clara je peux la défendre) parce que ce qu’elle réécrit, c’est ce que la Great Intelligence a elle-même modifié dans la vie du Doctor. Elle ne touche pas aux histoires d’origines, elle efface les altérations du vilain.

Interlude : en revoyant l’épisode pour la quatrième fois (ne dites rien) j’ai remarqué parmi les apparitions de Clara dans le passé du Doctor, une scène avec Ten. Oui, oui je suis sure que c’est lui. Au début je n’avais vu que la robe rouge de Clara et je situais donc la scène avant Asylum of the Daleks sauf qu’à y regarder de plus près, on voit Ten de dos. Je suis sure que tout le monde l’a vu avant moi, cela dit, mais tant pis.

dw 7x13

Sauf pour une scène, qui me déplait au plus haut point dont on voit la première partie au début de l’épisode, où Clara arrête One* quand il vole le TARDIS. La fin de la scène montre que Clara n’empêche pas le Doctor de partir à l’aventure mais lui indique quel TARDIS choisir.

Or, si vous vous souvenez de The Doctor’s Wife, quand le TARDIS prend forme humaine, on apprend que c’est autant le Doctor qui choisit son TARDIS que le TARDIS qui choisit son Time Lord. Et Clara remet tout en question sans qu’on voit la présence de la Great Intelligence pour justifier la présence de Clara à ce moment là. Cette scène est pour moi purement gratuite, elle est là pour structurer l’épisode et montre une fois de plus que la structure est privilégiée au détriment de l’intrigue et gâche uns des plus belles choses qu’on ait appris sur le Doctor et son TARDIS. Pour rien.

Pas cool du tout.

Bref.

Je ne parlerai pas des adieux à River ici parce qu’elle mérite un article pour elle toute seule et parce que cette histoire de timeline inversée par rapport au Doctor me pose quelques problèmes, à creuser avant d’écrire.

Donc le Doctor saute dans sa propre timestream pour sauver Clara, là encore c’est tout lui, et ils se retrouvent tous les deux entourés de toutes les incarnations du Doctor, ce qu’il dit être « Those are my ghost, my past ». Ce qui me fait me demander, pourquoi juste le passé et pas son futur ? Est-ce seulement un dialogue mal écrit ou une vraie info ?

Je demande parce que ça peut tout changer à la suite …

Parce que là apparait le vrai mystère, le coup brillant … la fin géniale, l’apparition de cette incarnation cachée qui ne mérite pas le nom de Doctor. Vraiment, je couine comme une pure fangirl en pensant à cette idée. Certains disent que c’est nul, ça remet tout en question … ben oui, et c’est ça qui est bon. Que le Doctor ait un secret si terrible qu’il n’en ait jamais parlé. Plus terrible que le Time War. Qui nous rappelle que le Doctor n’est pas qu’un joyeux luron qui saute de planète en planète.

Et ça ouvre sur ce qu’on peut attendre de l’épisode du 50ème anniversaire de la série, attendu pour novembre prochain. Ce qui nous laisse 6 mois pour discuter, tergiverser … ou comme pour moi, pour enfin prendre le temps de regarder les épisodes Classic Who, rencontrer enfin les premiers Doctor, avoir un meilleur aperçu sur l’évolution de la série en 50 ans.

Pour moi, l’apparition de cette incarnation cachée (certains l’appelle Doctor X, d’autres Hurt !Doctor, puisque c’est John Hurt qui l’interprète) nous ramène au titre de l’épisode.

Le nom du Doctor, que l’on pensait être celui qu’il ne voulait pas révéler et qui ouvrait sa tombe, son vrai nom est en fait celui qu’il s’est choisi. C’est son nom, c’est son identité. C’est une promesse. Son nom de naissance n’est pas important car il ne vient pas de lui.

Comme dirait le Doctor (souvenez vous, dans A Town Called Mercy)His name is Doctor and he wants you to respect his life choices.

L’affiche de l’épisode annonçait « His secret revealed. The Name of the Doctor ». On pensait que les 2 phrases faisaient référence à une seule et même chose. Pas dut tout. Son secret n’est pas son nom, mais celle de ses incarnations qui ne le porte pas. Qui n’est pas à la hauteur du nom. Encore une idée brillante, donc, en espérant qu’elle sera utilisée au maximum de son potentiel par la suite !

tumblr_mndhsfxxLE1qm1x8bo2_500

Et il y a déjà des tas de spéculations sur l’identité de Hurt/Doctor.

Si vous ne voulez rien savoir, passez et reprenez à « pour résumer » (écrit en gras pour attirer votre regard et zapper tout le reste).

Certains pensent au Valeyard, un amalgame du côté sombre du Doctor et de sa dernière incarnation (si j’ai bien compris)(il apparait dans la série classique) sauf que c’est une incarnation future et c’est là que le fait que Eleven dise à Clara qu’ils sont au milieu des fantômes de son passé est important. En faveur de cette théorie, le fait de la Great Intelligence ait mentionné le Valeyard parmi les futurs surnoms du Doctor sachant que Moffat n’est pas le roi de la subtilité (pardon à ceux qui l’aiment) donc ça pourrait être une piste.

D’autres disent qu’il peut être un 8.5, incarnation entre Eight et Nine, liée à la Time War, parce qu’on n’a pas vu la régénération entre ces deux là. Sauf que le Doctor a déjà parlé de la Time War sans en faire un secret et donc pourquoi cette incarnation serait elle secrète ?

La seule autre régénération qui n’a pas été vue par le spectateur est entre Two et Three (encore une fois, je me fie aux forums, n’ayant pas encore vu les épisodes), autre piste à explorer …

Et si ça se trouve ça ne sera rien de tout ça !!

Pour résumer, je dirais qu’il y avait de bonnes/très bonne idées dans l’épisode comme dans le reste de la saison, mais je n’ai pas vibré en le regardant, comme pour d’autres season finale. Je pense qu’il m’a vraiment manqué de quoi m’attacher à Clara pour être emballée par ses aventures avec le Doctor et certains tics de dialogues ont un peu plombé inutilement la fluidité du tout.

Mais maintenant que le mystère de Clara est levé, peut-être que son personnage va pouvoir évoluer et nous surprendre ?

A suivre, donc …

Si vous êtes arrivés au bout de cet article fleuve, BRAVO et merci et vous avez bien mérité un Ood qui danse !!

dw ood dance

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 réflexions au sujet de « {série tv} Doctor Who, season finale »

  1. Bon, ben, un jour il faudra que je voie le reste de la série… Un peu comme River, mode timeline inversée. 🙂 J’avoue n’avoir pas saisi la moitié des détails que tu cites. J’en suis encore complètement au stade découverte ! Mais je suis d’accord sur certains points : l’épisode semble partir dans une direction et nous amène finalement ailleurs (bien ? pas bien ? en tout cas), la situation de River Song m’a l’air vraiment très complexe, et même si Clara a l’air d’être apparue à l’occasion depuis quelque temps (avant que je ne commence à essayer de suivre la série), j’ai trouvé qu’on aurait pu un peu mieux la connaître avant qu’elle risque sa vie pour le docteur…
    Enfin, moi aussi, la formulation « née pour sauver le Docteur » me fait un drôle d’effet. D’ailleurs, dans un monde où l’on voyage dans le temps, est-ce que cela a vraiment du sens ? Il me semble au contraire que cela devrait exacerber l’idée d’un choix à chaque instant… qui devient une infinité potentielle de choix à faire et refaire, et invalide d’autant le concept de destin.

    J'aime

  2. Pour The Great Intelligence, il me semble qu’il apparaît dans la vieille série ou dans certains des romans, ce qui explique pourquoi il dit que le Docteur l’a contrecarré « à chaque fois »… mine de rien dans cet épisode je crois que Moffat joue beaucoup avec les références à la vieille série, et voir cette dernière nous aidera sans doute à mieux comprendre (ouais moi aussi je vais m’y mettre) \o/

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s